Explore our brands

Collage des miroirs et verres laqués

Comment choisir la bonne colle pour un miroir ou du verre laqué ?

Vérifier la compatibilité

Le collage des miroirs et des verres laqués peut se faire avec des colles en cartouche (silicone, hybrides….) et des adhésifs double-face.

Il est important de vérifier au préalable la bonne compatibilité entre le produit de collage et le miroir ou le verre à coller, en effectuant des tests de vieillissement, ainsi que la bonne adhérence avec des tests de résistance à la traction.  C’est au poseur de vérifier cette bonne compatibilité et de se tourner vers son fournisseur d’adhésif.

Quelles précautions prendre ?

  • La présence de films anti-bris peut-être une cause de non-adhérence.
  • Un verre laqué non parfaitement opaque peut laisser deviner le fantôme de l’adhésif employé sans pour autant mettre en avant un problème de compatibilité.
  • Dans tous les cas il est important de se faire conseiller par le fabricant de l’adhésif et de vérifier les précautions à prendre auprès du fabricant de produits verriers.
Medias
Formation
S'inscrire

Exemples de fantôme de collage

Nos conseils de pose pour le collage de miroir ou verre laqué

  • Les supports doivent être propres et secs
  • Le miroir ou le verre laqué doit être également propre et sec
  • Appliquer toujours l’adhésif double face en bande verticale
  • Appliquer l’adhésif en cartouche en cordons parallèles, pour permettre la bonne circulation d’air entre le support et le verre et ainsi favoriser la parfaite polymérisation.
    • Le rôle du double-face est d’assurer le maintien du produit verrier au moment de la pose et permettre ainsi à l’adhésif en cartouche de polymériser afin d’assurer le bon maintien dans le temps.
    • Pour permettre la polymérisation du produit de collage, une ventilation à l’arrière du miroir est nécessaire. Prévoir un double-face avec une épaisseur minimum de 2mm et avec une disposition de ce type :

Fabrication des miroirs et verres laqués d'hier à aujourd'hui

LES MIROIRS

À l'origine, les miroirs étaient tout simplement une surface de métal qui avait été polie jusqu'à être très réfléchissante. Les Hébreux utilisaient du laiton, alors que les Grecs, les Égyptiens et les Romains utilisaient de l'argent ou du bronze.

Les techniques de fabrication des miroirs ont évolué par la suite, et l'utilisation du verre fut introduite au cours du 14e siècle. À cette époque, le mode de fabrication des miroirs consistait à recouvrir le dos d'une surface de verre avec un amalgame d'étain et de plomb, ce qui donnait une surface réfléchissante. Cette couche de métal est appelée le tain du miroir, appellation tirée du mot étain.

Plus tard, l'argent a aussi été utilisé dans la fabrication de miroirs. Cependant, l'argent, bien que très réfléchissant, s'oxyde rapidement. Il a depuis été remplacé par l'aluminium qui est presque aussi réfléchissant que l'argent, mais qui s'oxyde beaucoup moins rapidement.

Miroir à réflexion en deuxième surface :

On fabrique maintenant les miroirs de différentes manières, selon l'usage qui en sera fait. Les miroirs qui sont utilisés couramment dans nos maisons sont fabriqués à partir d'une plaque de verre plus ou moins épaisse sur laquelle est appliquée une couche réfléchissante d'aluminium ou d'argent, puis une couche de cuivre, de plomb, de chrome ou de peinture, appelée le tain.

Le verre sert de support et de protection à la couche réfléchissante, alors que le tain rend le miroir complètement opaque, tout en empêchant l'oxydation de la couche réfléchissante.

La couche d'aluminium ou d'argent est généralement assez mince pour être partiellement transparente, de sorte qu'un miroir sans couche de cuivre ou de plomb peut être utilisé pour espionner, car on voit à travers. C'est ce qu'on appelle une glace sans tain.

Fabrication de la couche réfléchissante :

Un tel miroir est fabriqué à partir d'une simple vitre sur laquelle on pulvérise une solution de sel d'argent. Un second produit, qui réagira avec le sel, est ensuite pulvérisé sur le miroir pour n'y laisser qu'une mince couche d'argent métallique. Après l'application de la couche réfléchissante et dès que cette dernière est bien sèche, on procède à l'application de la couche protectrice.

Miroir à réflexion en première surface

Les miroirs utilisés dans les appareils de haute technologie, comme en optique et en astronomie, sont fabriqués autrement.

Pour ces miroirs, la couche réfléchissante est appliquée en première surface et le support peut être en verre ou en céramique. La lumière ne traverse donc aucun autre milieu avant d'être réfléchie, ce qui évite qu'elle soit réfractée et dispersée. De plus, cela permet d'obtenir des miroirs d'une très grande qualité optique.

Bien que la couche réfléchissante des miroirs d'appareils optiques soit souvent en aluminium, il est parfois préférable d'utiliser d'autres métaux qui offrent une meilleure réflectivité, comme l'or. En effet, plus un métal est un bon conducteur, plus il réfléchit efficacement la lumière.

La qualité d'un miroir est grandement affectée par celle de la surface du support. C'est particulièrement le cas en astronomie. Les miroirs utilisés dans les télescopes sont pour la plupart de type parabolique concave et doivent être très précis pour qu'il soit possible d'obtenir de bonnes images. Leur courbure et l'uniformité de leur surface sont critiques.

De nombreux amateurs d'astronomie s'attaquent tout de même à la fabrication de leur miroir de télescope. Pour ce faire, ils doivent se procurer un ensemble de fabrication de miroir et s'armer de beaucoup de patience pour polir la plaque de céramique à la main.

Film de sécurité appliqué sur la face laquée du miroir.    

Sa fonction est triple :

  • En cas de bris de glace, les éclats restent adhérents au film évitant ainsi toute blessure et dégâts autres.
  • Protection de la laque contre les rayures
  • Protection de la laque en ambiance humide

Zoom sur les verres laqués

Il en existe 2 types :

  • Ceux ayant un revêtement laqué organique (peintures) destiné à l’intérieur
  • Ceux ayant un revêtement minéral et qui ensuite subisse un traitement thermique entre 450 et 500°C (revêtement émaillé). Les teintes sont limitées et plus ternes qu’un revêtement organique, mais présente une haute dureté et une plus grande résistance chimique.

Leurs utilisations :

  • Crédence de cuisine
  • Habillage de mur de salle de bain
  • Cloison intérieure, revêtement muraux
  • Etagères, présentoirs
  • Dessus de table
  • Portes
  • Allèges
  • Habillage de façades

Les verres laqués peuvent être feuilletés.